1. Utilisation en médecine

 L’IRM repose donc sur le principe de Résonance Magnétique Nucléaire appliqué aux protons d’hydrogène du corps humain qui est composé à 70% d’eau (H2O). La machine est le plus souvent situé en sous sol pour éviter tout risque d’interférence avec d’autres ondes (téléphones portables, etc.).

IRM du genou

 

Le dispositif est composé d’une bobine de cuivre entouré d’hélium liquide donc proche du zéro absolu, ce qui permet une meilleur résistance électrique, dans laquelle circule un fort courant électrique qui crée alors un champ magnétique initiale de 1,5 Tesla soit environ 30000 fois le champ magnétique terrestre. Donc toute la pièce dans laquelle est située la machine est soumise  à un fort champ magnétique.  Une onde de radio-fréquence est envoyée permettant l’oscillation de protons d’hydrogène, puis leur retour à leur inclinaison initiale (définie par le champ magnétique initial) de durée différente selon leur milieu (eau, graisse, sang…) et donc la caractérisation des tissus. L’image, obtenue par la Transformation de Fourrier (notion trop difficile pour être abordée à notre niveau) montre par un contraste de noir et blanc les différents éléments du corps humain. C’est alors au radiologue d’interpréter les images ainsi obtenues pour poser, confirmer ou infirmer un diagnostic.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site