Conclusion

Ainsi, l’IRM repose sur le principe de Résonance Magnétique Nucléaire qui agit sur les protons d’hydrogène du corps humain, ce qui permet, après transformation, d’obtenir une image précise, et ainsi la caractérisation des tissus. C’est alors au radiologue d’interpréter les images ainsi obtenues pour poser, confirmer ou infirmer un diagnostic.

           Malgré les difficultés, limites et contre-indications, l’IRM s’est fait une place dans les hôpitaux grâce à son principe novateur et non-nocif. Le champ des découvertes semble immense, en particulier pour la neurologie, porteur d’un grand espoir pour les malades et leurs thérapeutes.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site